La promotion touristique inter-île mise à mal par les restrictions liées aux conditions de voyage


Alors que les Comités du tourisme des îles de Guadeloupe et de Martinique font front commun pour inciter leur population à se rendre sur l'une ou l'autre île pour relancer l'activité touristiques. Sur ces territoires, les conditions de déplacements inter-îles freinent considérablement cette initiative pourtant largement saluée par les socio professionnels des Antilles françaises.


En effet, et pour rappel, depuis le 28 septembre dernier les voyageurs par voie aérienne en provenance des Antilles-Guyane doivent justifier d'un motif impérieux de déplacement (de l') d’ordre professionnel, sanitaire ou familial.


En outre :

- Entre la Guadeloupe et les Iles du Nord : la capacité de transport est limitée à 200 passagers aller-retour par jour et ce pour chacune des deux compagnies Air Caraïbes et Air Antilles.

- Entre la Guadeloupe et la Martinique : un contrôle de température est effectué au moment de l'embarquement tant à l'aéroport de Pointe-à-Pitre qu'à celui de Fort-de-France et ce quelque que soit la compagnie aérienne. Par ailleurs, les programmes de vols sont réduits de 30% entre ces deux îles (voir notre newsletter n°10).


S'agissant des liaisons maritimes, et depuis l'arrêté préfectoral du 25 septembre dernier, la capacité de transport est limitée à 300 passagers aller-retour sur la ligne Pointe-à-Pitre / Fort-de-France. La compagnie Val‘Ferry avait déjà suspendu ses liaisons entre les deux îles depuis le confinement et ne les a toujours pas reprises à ce jour.


C'est maintenant au tour du second opérateur, L'Express des Îles, de jeter l'éponge. Les restrictions sur le nombre de passagers, les motifs impérieux, auxquels s’ajoutent les frontières de la Dominique et de Sainte-Lucie qui restent fermées aux voyageurs des Antilles françaises, ont eu raison du maintien des dessertes maritimes inter-iles.


La direction de l'Express des îles annonce qu’elle a perdu 80% de son activité depuis le début du confinement et qu’elle n’a aucune visibilité, à court terme, sur une éventuelle reprise du trafic. En conséquence, à partir de ce samedi 13 octobre les tronçons maritimes reliant la Guadeloupe, la Dominique, la Martinique et Sainte-Lucie seront vides de toute exploitation et ce au moins jusqu'au 1er novembre ...

Les deux armateurs antillais se concentrent désormais sur la desserte des îles de l'archipel guadeloupéen.


Plus que jamais, et comme nous l'y invite fortement l'Organisation mondiale du tourisme, il nous faut "booster le tourisme intérieur" et devenir les premiers touristes de nos destinations respectives.

0 commentaire